Free Gratuit MasterCard 1 Sofort-b
Plus de 250 000 clients
Livraison gratuite au delà de 70,00 €
Droit de retour de 30 jours
Assortiment Fermer
Rechercher
Contenu

Allergie et ronflement : lorsque le rhume des foins fait gonfler les muqueuses

Dr. Jan Wrede

Dernière mise à jour le 16/05/2022

Ronfler à cause des allergies

Toute personne souffrant d’allergie ne connaît que trop bien le problème de l’obstruction nasale. Les allergènes tels que le pollen irritent les muqueuses et les font gonfler, ce qui peut engendrer des difficultés respiratoires et parfois même des ronflements la nuit. Des dilatateurs nasaux spéciaux avec de petits filtres à pollen peuvent améliorer la situation. Nous vous expliquons comment cela fonctionne.


Allergie et ronflement

Le ronflement survient fréquemment lorsque les voies respiratoires du nez sont rétrécies en raison du rhume des foins. D’une part, vous inspirez contre une résistance. Cela signifie que l’ensemble des voies respiratoires supérieures est soumis à une légère pression négative. Tout le monde connaît cette sensation : vous inspirez, mais il n’y a pas d’air dans les poumons, et le nez, ainsi que la gorge, se contractent. Ces rétrécissements dans les voies respiratoires peuvent alors provoquer des turbulences dans le flux d’air et faire vibrer les tissus de la cavité nasopharyngée. Il en résulte un ronflement bien connu.

D’autre part, si la résistance des voies respiratoires dans le nez est trop élevée, le corps se met inconsciemment à respirer par la bouche, après tout, vous ne voulez pas manquer d’air ! Dans de nombreux cas, cependant, la respiration buccale entraîne un ronflement de la bouche. En effet, l’air qui circule dans la bouche traverse les tissus du palais et en particulier les arcades du palais, les faisant vibrer. Ces oscillations conduisent à des bruits, que nous percevons comme des ronflements.

Le problème décrit ici touche principalement les personnes allergiques, car les allergies au pollen et à l’herbe, à la poussière ou aux poils d’animaux provoquent un gonflement des muqueuses nasales. Il y a par conséquent moins d’air qui peut entrer et sortir par le nez, ce qui entraîne le ronflement. Mais pourquoi les allergies apparaissent-elles en premier lieu ?


Allergie et ronflement : une réaction d’hypersensibilité

En termes simples, une allergie n’est rien de plus qu’une réaction d’hypersensibilité aux substances de l’environnement. En cas de ronflement et de rhume des foin, le système immunitaire du corps subit une réaction d’hypersensibilité aux minuscules particules dans l’air, en plus des allergies à la poussière ou aux poils des animaux. Ces particules ont une taille comprise entre 1 et 100 micromètres. Les plus petites particules ne mesurent qu’un millième de millimètre.

Ces petites substances, comme par exemple certaines molécules de protéines contenues dans certains pollens, atteignent la muqueuse du nez via l’air inhalé. C’est là que se trouvent les cellules immunitaires qui ont pour tâche de combattre les substances étrangères et les agents pathogènes envahissants. En cas d’allergie, ces cellules déclenchent une réaction immunitaire contre les particules normalement inoffensives de poussière, de poils de chat ou de pollen. Les substances libérées par les cellules de défense provoquent, entre autres, la dilatation des vaisseaux sanguins de la muqueuse nasale et leur remplissage croissant en sang. Cela provoque un gonflement des muqueuses. Le nez se bouche et produit plus de sécrétions et les voies respiratoires sont rétrécies par l’enflure des muqueuses nasales. Les personnes atteintes ont non seulement des problèmes respiratoires pendant la journée, mais la respiration nocturne est souvent impossible en raison des allergies et ronflements et de la congestion nasale.

Le problème avec les allergies, c’est qu’il n’existe aucun traitement qui peut éliminer complètement l’hypersensibilité. La seule méthode vraiment efficace serait d’éviter complètement la substance responsable des allergies entraînant le ronflement. Ce n’est pas possible pour la majorité des allergies.


La solution : un filtre qui piège les particules allergènes

Une des solutions pour diminuer l’allergie est d’empêcher les particules microscopiques d’atteindre la muqueuse du ne. Si les cellules immunitaires de la muqueuse n’entrent pas en contact avec la substance allergène, elles ne sont pas activées et les voies respiratoires restent libres.

Les dilatateurs nasaux avec filtre intégré sont un moyen simple et peu coûteux de protéger les muqueuses des particules allergènes. Les dilatateurs nasaux, généralement constitués de deux anneaux en plastique reliés entre eux, sont enfoncés dans les narines. Ils servent à élargir la narine et donc à améliorer le débit respiratoire. Certains modèles sont combinés avec un filtre à air qui filtre les particules allergènes lorsqu’elles sont inhalées afin qu’elles n’atteignent pas les muqueuses. Il existe deux approches différentes :

Imiter la fonction des poils du nez

Le nez dispose déjà d’un système de filtre naturel pour filtrer l’air que nous respirons, à savoir les poils du nez. Ils sont conçus pour piéger les particules étrangères de l’air que nous respirons. Lors de l’expiration, l’air chaud et humide enveloppe les poils fins du nez d’une fine pellicule d’humidité. Les particules de saleté aspirées dans le nez adhèrent à ce film lors de la prochaine inspiration. Cependant, comme nous n’avons généralement pas de touffes de poils entières dans le nez, mais seulement un nombre minime, cette méthode n’est pas toujours efficace. La poussière et les particules provenant des poils d’animaux ou du pollen ne mesurent que quelques micromètres et ne sont souvent pas interceptées par les poils du nez.

Vous pouvez néanmoins essayer d’améliorer l’effet “poils du nez” en utilisant un dilatateur nasal muni d’un filtre en mousse fine intégré. La mousse fine a une très grande surface grâce à sa structure en grille ou en filet et ressemble à un “maquis dense de poils”. Lors de l’expiration, cette surface est humidifiée et chauffée par l’air sortant des poumons. La prochaine fois que vous inspirez, les particules qui, autrement, s’échapperaient des poils naturels du nez se prennent dans ce maillage beaucoup plus dense. L’avantage des modèles en mousse est que la respiration nasale n’est pas affectée. Vous pouvez donc continuer à respirer relativement facilement par le nez car la mousse ne résiste pas ou très peu aux voies respiratoires. En d’autres termes, on n’a pas l’impression de respirer à travers un filtre ou une quelconque résistance.

Mais cet avantage est aussi le désavantage de la méthode : Certaines particules allergènes s’échappent du système de filtration, de sorte que l’on ne peut s’attendre à une protection à 100 % contre le pollen ou la poussière domestique provenant des imitations de poils du nez.

Dans l’ensemble, les dilatateurs nasaux avec filtres en mousse sont cependant une excellente aide contre les allergies et ronflements. Ils ne limitent pas votre capacité à vous dépenser, par exemple votre capacité à faire du sport, car il est très facile de respirer à travers le filtre. Ce type de filtre est la solution  anti-ronflement parfaite dans ce cas.


Les filtres réels

Une autre méthode est l’installation d’un véritable filtre en plastique fin dans le dilatateur nasal. En fonction de la puissance du filtre, ces filtres ne laissent pratiquement pas passer les particules, ce qui garantit un air respirée extrêmement pur. Sur certains modèles, les filtres sont également chargés statiquement, de sorte que les allergènes sont attirés puis bloqués par le filtre. Les produits sont disponibles avec différentes épaisseurs de filtres. Selon l’allergie dont vous souffrez, vous pouvez choisir le filtre qui vous convient. Par exemple, le pollen est généralement plus petit que les particules sur les poils d’animaux, c’est pourquoi un filtre plus fin est recommandé pour les allergies et les ronflements.

Les modèles de filtres offrent l’avantage de protéger très efficacement la muqueuse nasale contre les particules allergènes présentes dans l’air. Les filtres fins sont même capables de piéger les particules de fumée.

Cependant, ils ont l’inconvénient de rendre la respiration à travers le filtre fin plus difficile parce que l’air doit d’abord passer à travers le filtre. Le problème est le même que dans le cas d’un nez bouché à cause de l’allergie. On respire contre une résistance.


Ce qui est important avec les filtres nasaux

Que vous choisissiez la version en mousse ou les véritables filtres, il y a quelques points à considérer lorsque vous les utilisez :

Une durée de vie limitée

Les dilatateurs nasaux ont une durée de vie limitée. Certains modèles ne peuvent même être utilisés qu’une seule fois. Ceci est dû à des raisons d’hygiène. Les dilatateurs nasaux entrent en contact avec les sécrétions, qui sont souvent remplies de bactéries lorsqu’elles sont portées. Le dilatateur nasal devient souvent un terrain fertile pour les agents pathogènes.

D’autre part, la capacité d’absorption physique des filtres est limitée. Si une plus grande quantité de particules s’est accumulée dans le filtre, l’air respirable entrant ne peut plus être efficacement nettoyé. Au sens figuré, le filtre est “plein”. Par conséquent, vous devriez changer votre filtre nasal régulièrement, au minimum tous les trois mois. Il existe aussi des modèles de filtres qui doivent être nettoyés quotidiennement avec de l’eau et/ou de l’alcool pour que les bactéries n’aient aucune chance de se développer.

Une taille adaptée

Il est important de choisir la bonne taille lors de l’achat. Le dilatateur nasal doit bien s’ajuster, sinon il peut être inconfortable lorsqu’il est porté pendant de longues périodes. De plus, les dilatateurs sont fabriqués en plastique moulé stable. Cela signifie que bien qu’ils puissent être pliés et déformés, ils reprennent toujours leur forme d’origine. S’ils sont mal placés, cela peut rapidement provoquer une sensation de pression. Il existe donc de nombreux modèles de différentes tailles. Ils diffèrent en diamètre et en forme pour s’adapter à chaque narine. Mais il existe aussi des produits dits “taille unique”, comme le somnipax pur.


Une période d’acclimatation

Si vous portez des filtres nasaux pour la première fois, vous pouvez ressentir une sensation inhabituelle. On s’habitue cependant assez rapidement à ce corps étranger dans le nez. Au bout d’un certain temps, les utilisateurs ne sont plus du tout gênés, surtout lors du sommeil.


Une augmentation des sécrétions

Le nez lui-même reconnaît aussi le dilatateur nasal comme un corps étranger et essaie parfois de s’en débarrasser par ses propres moyens. Dans ce cas, votre nez peut produire plus de sécrétions pour chasser l’objet en plastique qui ne vous est pas familier. Si cela devient trop désagréable pour vous, il vous suffit de retirer le dilatateur nasal, de vous moucher et de le remettre en place.


Plutôt respirer de l’air pur ou bien respirer ?

Avec de vrais filtres, la respiration nasale peut être perturbée. Comme le filtre est très fin, le débit d’air inspiré par le nez peut se trouver diminué. Si vous voulez continuer à obtenir un air de bonne qualité, vous devez faire plus d’efforts et inspirer et expirer plus vigoureusement. Cela peut être assez inhabituel au début. Il faut essayer d’empêcher l’organisme de chercher “la voie sans résistance” et de passer à la respiration buccale, car le filtre perd ainsi sa fonction. On peut s’entraîner à respirer consciemment par le nez, surtout si on le fait dès le début. 

La résistance plus élevée rend les filtres nasaux inadaptés à une utilisation sportive. Lors de la pratique sportive, il est important que vous obteniez assez d’oxygène et un filtre ne serait qu’un obstacle. Même pour une utilisation nocturne, il faut un peu de temps pour s’habituer au filtre à air. Un filtre en mousse pourrait être plus utile dans ce cas.

Guide d’achat écarteur nasal

À quoi devez-vous faire attention lorsque vous achetez ? Nous vous présentons ici l’écarteur nasal, le dilatateur nasal et le clip nasal.

Lire davantage

Guide d’achat thérapie positionelle

– Donne des conseils avant l’achat d’un appareil de thérapie positionnelle comme les gilets ou les sacs à dos anti-ronflement.

Lire davantage

Guide d’achat orthèses anti-ronflement

– Tout ce qu’il faut savoir avant d’acheter une orthèse anti-ronflement. Nous présentons ici différents modèles et approches techniques.

Lire davantage

Dr. Jan Wrede

Médecin, Berlin

Jan Wrede travaille comme médecin à Berlin. Il a étudié la médecine humaine à la FAU Erlangen-Nuremberg et à l'Université Semmelweis de Budapest. Il a écrit de nombreux articles scientifiques durant ses études, notamment sur le ronflement.

Publié le

Annonce

Guide GRATUIT